Catégories
Passion théatre

Ce qu'un enfant de 5 ans m'a appris sur la réalisation – Blog OnStage

«Je crois que les enfants sont notre avenir, enseignez-leur bien et laissez-les montrer la voie.» Je pense que Whitney était vraiment sur quelque chose quand elle a chanté ces paroles. Je suis une artiste et réalisatrice de 29 ans qui apprend chaque jour de nouvelles choses avec mes élèves. Quand j'ai eu récemment la chance de diriger des enfants de 5 à 12 ans dans une production de Honk Jr., Je n'ai jamais réalisé à quel point cette expérience allait être enrichissante.

J'ai réalisé des émissions en travaillant avec des adolescents pendant près d'une décennie en espérant plus de moi et en les poussant à élever les normes qu'ils se fixent. Quand j'ai eu l'opportunité de travailler avec des enfants de moins de 13 ans, je dirai que j'étais nerveuse. J'avais peur de ne pas me sentir mis au défi. J'étais nerveux, j'allais être facilement frustré. J'avais peur de penser que le produit ne serait pas proche de la norme que j'attends de moi et de mon travail.

En disant tout cela maintenant, j'ai honte que ces pensées m'aient jamais traversé l'esprit.

Il y a quatre leçons précieuses que j'ai apprises dans mon expérience de travail avec des acteurs aussi jeunes que cinq ans. Tout d'abord, j'ai appris que je devais me remettre en question pour revenir aux sources. Travailler avec des enfants qui n’ont jamais été sur scène devant un public auparavant vous rappelle d’enseigner à nouveau l’ABC de la performance.

Les acteurs qui ont une expérience antérieure et des connaissances en performance ont tendance à être plus faciles à travailler car ils connaissent la projection et la tricherie, ils connaissent les objectifs et les tactiques des personnages, mais pas les enfants de cinq ans. Ainsi, les répétitions ont toujours été une occasion d'enseignement de donner des leçons fondamentales ainsi qu'un défi pour moi-même de trouver comment décomposer ces leçons en quelque chose qu'ils comprendraient.

Deuxièmement, j'ai appris qu'il est important de se fixer des attentes et de toujours se pousser, mais le théâtre n'a pas besoin d'être parfait. Le théâtre est censé être une imitation de la vie réelle … et soyons honnêtes, la vraie vie n’est pas parfaite. Je veux toujours créer quelque chose qui dans mon esprit est une performance parfaite, mais la réalité est qu'il y a de la beauté dans les imperfections. La vie n'est pas prévisible et le théâtre en direct non plus. C'est dans ces imperfections que certains des plus beaux moments se produisent sur scène ou que la plus grande croissance se produit.

Réaliser cela dès le début du processus m'a permis d'apprendre ma troisième leçon précieuse, laissez-vous surprendre. En commençant à travailler avec des enfants, il est facile de penser que cela va être au-dessus de leurs capacités, mais j'ai appris que je devrais me permettre d'être surpris par leur éthique de travail et leurs capacités. J'oublie parfois qu'être dans une pièce est en jouant.

Il est plus probable que les enfants pourront jouer mieux que les adultes en raison de leur imagination et de leur capacité à faire semblant de manière convaincante. En vieillissant, nous avons tendance à voir le monde qui nous entoure obscurcir notre capacité à abandonner la conscience de soi devant les autres. Mais, en travaillant avec ces enfants, il semblait qu'ils n'avaient pas peur, ils savaient comment s'engager envers un personnage parce que c'était amusant. Cette ténacité m'a appris à ne pas sous-estimer quelqu'un à cause de son âge et de son expérience, mais de lui donner la chance de vous montrer ce qu'il peut faire.

La quatrième leçon précieuse que j'ai apprise de mes minuscules professeurs était de m'amuser et de me souvenir de la joie de créer. Voir ces acteurs sur scène jouer sans crainte m'a rappelé que me mettre la pression pour créer le spectacle parfait est une course d'idiot. Oui, je m'efforcerai toujours de créer quelque chose de spectaculaire mais je me souviendrai maintenant de ne pas me mettre autant de pression pour être parfait. Travailler avec les enfants a ramené la joie dans pourquoi j'aime faire cela. Cela m'a permis de me connecter avec mon enfant intérieur parce que parfois il suffit de créer parce que cela vous apporte de la joie.

Ce qui m'a le plus réchauffé le cœur dans le travail avec ces enfants, c'est de voir le potentiel qu'ils ont d'être non seulement des artistes intrépides, mais aussi des adultes intrépides un jour. La pureté de leur attitude «allez-y» est admirable. Le courage de se présenter devant le public à un si jeune âge est inspirant. Mon objectif en tant que réalisateur à partir de maintenant est de me rappeler que les bases sont fondamentales, les imperfections sont magiques, permettent aux autres de me surprendre et n’oublie pas de toujours s’amuser.

Photo: Production de l'Opéra Woodland de Honk Jr. (Amy Shuman / photo avec la permission)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *