Catégories
Passion théatre

Il est temps pour les créateurs de «Hairspray» d'interdire les productions entièrement blanches – Blog OnStage

L’année dernière, j’ai écrit une pièce qui a souligné le fait qu’il y avait des productions entièrement blanches de Laque pour les cheveux en cours. Je pensais que cette idée était absurde.

Pour une émission qui traite des droits civils et du racisme à l'égard des Noirs, j'ai trouvé inadmissible qu'il y ait des productions entièrement blanches. J'ai également ressenti la même chose pour toutes les autres races représentant les rôles de Seaweed ou Motormouth Maybelle. Compte tenu du dialogue, de l'arc du personnage, des chansons, il serait de mauvais goût pour quiconque, sauf pour les Noirs, de jouer ces rôles.

Je pensais que n'importe quelle école ou théâtre qui penserait autrement serait fou de lancer le spectacle de cette façon. Jusqu'à ce que je voie que c'est quelque chose qui est approuvé par les créateurs de la série.

Selon le matériel de licence du spectacle, si un théâtre interprète un artiste non noir dans l'un des rôles écrits en caractères noirs, il est tenu de publier la lettre suivante dans ses programmes:

Chers membres du public,

Lorsque nous, les créateurs de HAIRSPRAY, avons commencé à concéder sous licence le spectacle à des lycées et à des théâtres communautaires, certains nous ont demandé d'utiliser du maquillage pour que les non-Afro-Américains puissent représenter les personnages noirs du spectacle.

Bien que nous comprenions que toutes les communautés du monde n'ont pas la composition parfaitement équilibrée (pardonnez le jeu de mots) de l'ethnie pour lancer HAIRSPRAY tel qu'écrit, nous avons, bien sûr, interdit toute utilisation de la coloration du visage de quiconque (même si cela est fait) respectueusement et subtilement) car c'est toujours, en fin de compte, une forme de blackface, qui est un chapitre de l'histoire de la course en Amérique contre laquelle notre spectacle est évidemment contre.

Pourtant, nous avons également réalisé que refuser à un acteur la possibilité de jouer un rôle en raison de la couleur de sa peau serait sa propre forme de racisme, bien que «politiquement correct».

Et donc, si la production de HAIRSPRAY que vous êtes sur le point de voir ce soir présente des gens dont la couleur de peau ne correspond pas aux personnages (un peu comme Edna a été traditionnellement joué par un homme), nous vous demandons d'utiliser le concept théâtral intemporel de " suspension de l'incrédulité "et permettez-vous d'être témoin de l'histoire et non de l'origine raciale (ou du genre) des acteurs. Après tout, notre spectacle consiste à ne pas juger les livres par leur couverture! Si la mise en scène et les acteurs sont bons (et ils feraient mieux de l'être!), Vous obtiendrez toujours le message fort et clair. Et espérons-le passer un bon moment!

Merci,

Marc, Scott, Mark, Tom et John

Les signataires de la lettre sont Marc Shaiman, Scott Whitman, Mark O'Donnell, Thomas Meehan et John Waters.

Bien que je comprenne les intentions de ce que ces hommes blancs disent et je conviens que l'utilisation de «blackface» devrait être interdite, leur affirmation selon laquelle il serait raciste de refuser à un interprète non noir de représenter ces rôles est incroyablement sourde.

Demander à un membre du public noir de suspendre son incrédulité pendant qu'une femme blanche chante «Je sais où je suis allé» est un pas trop irrespectueux. Je pourrais aussi entrer dans le trope du «sauveur blanc» dans cette émission mais c'est une autre rubrique pour un autre jour.

Je sais pourquoi les créateurs de cette émission ont mis des déclarations comme celles-ci, de l'argent. C'est toujours une question d'argent. Ils voulaient Laque pour les cheveux à effectuer en Irlande ou au Japon ou au Mexique ou en Nouvelle-Zélande (voir photo ci-dessus) et en exigeant que l'émission soit correctement diffusée, cela réduirait les revenus potentiels de licence.

Mais le spectacle a 18 ans en ce moment. Ils ont fait leur argent. Il est temps de corriger cette affirmation, car elle crée un terrible précédent et permet aux productions de diffuser des artistes non noirs dans des rôles destinés aux Noirs.

Malheureusement, M. Meehan et M. O’Donnell sont décédés. Mais à ma connaissance, cela n'empêche pas M. Shaiman, M. Whitman ou M. Waters de renverser cette position. Compte tenu de ce qui s'est passé récemment, j'espère que oui. J'ai le sentiment que lorsque les écoles et les théâtres locaux reprennent leurs activités, Laque pour les cheveux sera en haut de plusieurs de leurs listes.

Assurons-nous que l'émission est diffusée correctement et que les bonnes voix sont entendues.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *