Catégories
Passion théatre

Le théâtre Antaeus met à jour une pièce vieille de plusieurs siècles dans «Mesure pour mesure» – Gia On The Move

Commenté par Guy Picot

Copyright © 2020 Gia en mouvement

Parfois, le climat social et politique fait qu'une pièce vieille de plusieurs siècles semble surnaturellement prophétique. C'est donc avec Mesure pour mesure, actuellement mis en scène par Compagnie de théâtre Antaeus. La production clairsemée se concentre directement sur Isabella (Carolyn Ratteray) en tant que victime d'abus sexuels par une personne en autorité qui se considère comme au-dessus de la loi.

Gia On The Move, Guy Picot, critiques de théâtre, Antaeus Theatre Company
Rhonda Aldrich, Carolyn Ratteray
Photo par Jenny Graham

La pièce commence par une débauche bruyante représentant les bas-fonds viennois, tandis que le duc droit (Paul Culos) observe depuis son bureau à plate-forme. Il décide de se camoufler déguisé en frère et de quitter la ville entre les mains de son adjoint Angelo.

Le casting de dix personnes occupées joue vingt personnages entre elles et fait presque presque une vertu de nécessité. Avoir le même acteur (le doublement bon Ramon de Ocampo) jouant à la fois Angelo et Claudio emprisonné est une excellente idée pour quatre-vingt-dix pour cent de la pièce jusqu'à ce qu'ils aient tous les deux besoin d'être dans la dernière scène.

L'ensemble apparemment simple de Frederica Nascimento comprend un centre de plate-forme d'époque, et ce qui serait normalement les ailes (piliers et tous) sont utilisés comme prison et couvent. La conception d'éclairage efficace de Matt Richter apporte une atmosphère à l'espace largement vide.

La direction, attribuée à Armin Shimerman et Elizabeth Swain, est rapide et claire, toute la production ressemble à l'équivalent théâtral d'un album "débranché", avec très peu de choses qui gênent les mots.

La politique sexuelle tourne un peu mal à la fin quand nous nous rendons compte que le duc miraculeux veut Isabella pour lui-même, mais cela laisse au public quelque chose à penser plutôt que la fin heureuse voulue.

Paul Eiding, accomplissant un triple devoir, apporte une assurance bienvenue à la comédie d'Elbow et Barnadine, et une aimable autorité à un frère.

La langue dense est bien gérée par tous les acteurs, en particulier Ratteray comme Isabella lésée. Aaron Lyons (Pompey) et Bo Foxworth (Lucio) travaillent dur pour produire des rires, mais certaines blagues du XVIIe siècle vieillissent mieux que d'autres.

Les costumes d'époque mixte sont d'Allison Dillard et servent bien de signifiants de personnage indispensables.

conseillé

Photo (ci-dessus) par Jenny Graham: Aaron Lyons et Rhonda Aldrich

Copyright © 2020 Gia en mouvement

Tous les droits sont réservés. Aucune partie de cette publication ne peut être reproduite, distribuée ou transmise sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit, y compris la photocopie, l'enregistrement ou d'autres méthodes électroniques ou mécaniques, sans l'autorisation écrite préalable de l'éditeur, sauf dans le cas de brèves citations incorporées dans les critiques et certaines autres utilisations non commerciales autorisées par la loi sur le droit d'auteur. Pour les demandes d'autorisation, écrire à l'éditeur, adressé «Attention: Coordonnateur des autorisations». Pour plus d'informations, veuillez consulter notre réimpressions et page des autorisations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *