Catégories
Passion théatre

Merci pour la musique – Blog OnStage

Dites ce que vous voulez, mais CATS a été l'un de mes premiers et préférés souvenirs. C’est la comédie musicale qui a tout déclenché pour moi – celle qui m’a conduit sur le chemin du jardin vers le théâtre. J'ai toujours voulu être Jennyanydots ou Demeter, danser autour de la scène dans un petit costume de chat amusant, mais cette opportunité n'a pas encore émergé.

Quand ils ont annoncé que ce classique d'Andrew Lloyd Webber reviendrait à Broadway après 16 ans d'absence, j'étais sur la lune. Par pure nostalgie, j'ai sorti mon album de 2 disques grattés et écouté ces chansons toute la journée. Et toute la nuit. Et le lendemain.

C'était ça.

Tout est revenu en arrière dans un moment de bonheur (voyez ce que j'ai fait là-bas?); tous les souvenirs de ma vie avant de connaître le théâtre – le savaient vraiment. J'étais la petite fille qui écoutait encore et encore les quatre mêmes albums de la distribution parce que je ne connaissais aucune autre comédie musicale, inventant des histoires dans ma tête parce que je n'avais pas le livret sous la main. Tout ce que j'avais, c'était la musique.

C’est ainsi que je suis arrivé au théâtre musical: j’ai dansé et j’écoutais des albums. Plus précisément, "CATS, Phantom of the Opera, Joseph and the Amazing Technicolor Dreamcoat, and Les Miserable" a parsemé mon enfance et a influencé mon avenir d'une manière que je ne comprenais pas à l'époque. Je les aimais, je les mémorisais, je les vivais.

J'ai tellement de souvenirs de répéter Joseph et de jouer le Narrateur dans mon salon. Bien avant d'avoir vu la production scénique, j'avais cette image d'un personnage primé et propre à Mary Poppins guidant le public à travers une récit campy de l'histoire de la Bible. C'était mon premier goût des personnages armés, ouverts, sur le devant de la scène, ceintures. Je l'ai aimé. Elle est toujours sur ma liste de rôles que je voudrais jouer. À ce jour, j’ai des picotements lorsque j’entends les premières notes de «Pharaoh’s Story».

Ou que diriez-vous de la fois où j'ai essayé de jouer tous les personnages des Mis jusqu'à ce que je ne puisse pas les garder dans ma tête. Je balayais même le sol de la cuisine juste pour pouvoir faire la scène de la mort d’Éponine – ma mère adorait que je fasse enfin mes tâches ménagères. Mon préféré était de jouer les Thénardiers dans Master of the House parce que je devais jurer; J'ai aussi découvert un amour pour le jeu de personnage – être un peu bizarre et animé sur scène était un adorable sursis de ce faux sourire de concours de danse que je devais normalement porter.

J'avais même un bar de ballet dans mon sous-sol pour continuer à pratiquer mon félin développé. Je pense que j'ai été attiré par CATS parce que c'était une combinaison de danse et de musique (familière et nouvelle). Je me suis tellement amusé à ramper autour de mon sous-sol – je le fais toujours – en créant de nouvelles danses et en jouant aux différents chats comme je pensais qu'ils devraient être joués. C'était la meilleure partie: imaginer et interpréter; comme faire semblant avec un orchestre.

Écouter cette musique a créé un monde magique dans lequel jouer. Vous savez, peu importe si j'avais les personnages ou l'histoire exactement. Ce qui comptait, c'était que je créais. Constamment et complètement. C’est un peu comme ce que je fais maintenant mais à plus grande échelle. J'ai un terrain de jeu beaucoup plus grand avec beaucoup moins de meubles.

Même après toutes ces années, écouter ces quatre albums de la distribution m'a ramené à l'émerveillement enfantin du théâtre et du spectacle qui a suscité ma passion. Et maintenant, me voici; des one-woman shows dans ma cuisine au centre de la scène, je suis éternellement reconnaissant pour ces quelques comédies musicales.

Grâce à eux, j'ai une passion tangible pour le théâtre musical qui découle de la rencontre de la musique et de la danse. Je ne peux pas imaginer le théâtre autrement – je ne le voudrais pas non plus. J'ai adoré les jours d'imagination et de jeu; Je ne les échangerais contre rien. Et la musique? Eh bien, j'ai peut-être grandi et écouté beaucoup plus de comédies musicales, mais elles resteront à jamais dans mon cœur.

À vous, les enregistrements originaux de la distribution de Broadway, je vous remercie.

Je t'écouterai toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *