Catégories
Passion théatre

REVUE: Marry Me A Little, The Barn Theatre, Cirencester

Un catalogue de chansons largement coupées des spectacles de Sondheim; Marry Me A Little suit un couple séparé, vivant maintenant dans des appartements séparés, rêvant d'une connexion en dehors de leurs quatre murs – quelque chose que nous pouvons tous comprendre plus que ce que nous aimerions cette année. The Barn a été l'un des premiers théâtres régionaux à rouvrir et à mettre en scène des productions à distance sociale dans leur espace extérieur pendant l'été. Chacun de ces spectacles a reçu d'énormes éloges, et ce n'est pas une exception.

C’est incroyablement rafraîchissant de voir les deux artistes sous un jour différent. Celinde Schoenmaker (une Christine Daae chevronnée) et Rob Houchen (un vétéran de Marius) ont tous deux l'opportunité de jouer avec un large éventail d'émotions différentes tout au long de la pièce chantée. Ils forment un partenariat formidable et délivrent des performances exceptionnelles.

Nous entendons une voix merveilleuse et plus ample de Schoenmaker dans Can That Boy Foxtrot, qui contraste magnifiquement sa célèbre soprano, tandis que Girls Of Summer est sensuelle et pleine de désir. Dans le numéro du titre de l'émission, elle taquine de grosses notes ceinturées, puis passe rapidement à un son de soprano. Enfin, dans There Won’T Trumpets, elle ouvre le feu, et cela vaut vraiment la peine d’attendre. Palpitant!
Il serait trop facile de forcer cette production dans un cadre COVID mais au lieu de cela, le réalisateur Kirk Jameson fait confiance au thème primordial qui est présent dans cette pièce; solitude. Chacun des modernes touche des compliments, plutôt que de détourner l'attention du matériau. Les projections de Benjamin Collins comblent avec brio les lacunes de la narration, avec une messagerie instantanée, des émojis,

des applications de rencontres et des médias sociaux remplissant l'écran LED sur le mur du fond. Le montage final des flux Instagram des deux personnages, montrant tous deux leur faux bonheur, est un rappel puissant de la façon dont nous vivons nos vies à notre époque. L'émission est brillamment dirigée pour l'événement en streaming; le tournage ne se sent jamais comme une réflexion après coup et est parsemé de gros plans intéressants, de transitions et d'angles de caméra.

Ce superbe deux-hander est un incontournable pour tout fan de Sondheim.


Commentaire de Ian Marshall


Évaluation: ★★★★★

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *